« L’État c’est moi » aurait soit-disant déclaré Louis XIV. Répondons-lui avec cinq siècles de retard que « l’économie c’est nous ». C’est nous qui la faisons.

Alors que s’annonce ici et là que la Chine redémarre – trois de mes clients me l’ont confirmé cette semaine – ne baissons pas la garde et tenons-nous prêts. Ne nous endormons pas car le redémarrage sera bien plus vif qu’en 2008. L’économie est, vous le savez tous, basée sur la confiance. Cette confiance, c’est nous qui la fabriquons et l’entretenons. Nous devons dès à présent regarder le futur. Qu’il s’annonce en mai, en juin ou en septembre, peu importe, il sera là. Et nous serons prêts.

Il se dit beaucoup que demain ne ressemblera pas à aujourd’hui alors qu’au plus haut sommet de l’État est convoqué un nouveau paradigme. Que nous le dessinions plus vert, plus bleu, plus blanc ou plus rouge, sa mission sera qu’il nous permette à tous de repartir. Et pour ça, aidons-le ! Décrispons le quotidien ! Faisons corps et ensemble, oui, tous ensemble. Contribuons à ce que tout un chacun puisse, dans cette crise, tenir son rôle, et que demain nous parvenions tous à retrouver notre place. Tout ceci relève de nos responsabilités. Prenons-les !